Comment fonctionne un ventilateur mécanique contrôlé ?

La ventilation est un équipement de maison qui a une obligation légale pour tous les logements construits après 1982. Et pour mieux assurer le fonctionnement de la ventilation, la ventilation mécanique contrôlée se fut créé. Cette dernière répond parfaitement à l’attente de la norme du fait que c’est permanant et général.

1. C’est quoi la ventilation mécanique contrôlée ?

La ventilation mécanique contrôlée ou VMC est un dispositif mécanique (tout à fait le contraire de la ventilation naturelle ou VN) destiné à assurer le renouvellement permanent de l’air à l’intérieur des pièces qui sont humides dans la maison comme les salles de bains, toilettes, cuisines, etc… C’est un équipement de ventilation qui fait partie de la structure d’un bâtiment et se distingue en plusieurs modèles selon la fonction de leur degré de sophistication. Il y a la VMC simple flux, simple flux hygroréglable, double flux, double flux hygroréglable et double flux thermodynamique.

2. Le fonctionnement de la Ventilation Mécanique Contrôlée ou VMC

Afin de renouveler l’aire dans toute la maison, le plus logique c’est d’amener la ventilation mécanique contrôlée dans les pièces de vie sèche comme le salon, la chambre ou le bureau et de l’évacuer là où se concentrent l’humidité et les mauvaises odeurs comme dans la cuisine, la salle de bain ou les WC. Ce moyen, c’est généralisé depuis 1982, qui sert de base au fonctionnement de la ventilation mécanique contrôlée (VMC) centralisée.
La VMC assure un renouvellement d’air maîtrisé et constant. La maison est ventilée en permanence, toute l’année, dans chaque pièce, pour un coût de fonctionnement négligeable.
Le principe de la VMC s’appuie sur un moteur installé dans un caisson, et qui se trouve souvent sa place dans les combles. Sur le caisson sont branchées des gaines reliées à toutes les pièces de service (et à toutes les pièces de vie dans le cas d’une VMC double flux). Et une bouche règle le débit en fonction des besoins.

3. Entre la VMC simple et double flux

Si l’installation se focalise sur l’évacuation de l’air vicié, il s’agit d’une ventilation mécanique contrôlée simple flux. Elle comporte un seul réseau de gaines et dans les pièces de vie, l’arrivée d’air frais est assurée par des entrées d’air en liaison directe avec l’extérieur.
En général, la ventilation mécanique contrôlée simple flux est située en haut des fenêtres.
Il existe 3 catégories de ventilation mécanique contrôlée simple flux :
– VMC simple flux autoréglable : le débit de l’installation de cette ventilation est constant en toutes circonstances. Il ne dépend ni de l’occupation des locaux, ni de l’humidité.
– VMC hygroréglable : ce système se compose en deux catégories. Il y a :
Hygro A : le débit des bouches d’évacuation se règle automatiquement en fonction de l’humidité de l’air.
Hygro B, les entrées d’air sont équipées, d’un réglage automatique en fonction de l’humidité de l’air. Il est recommandé par la réglementation thermique actuelle.
– VMC gaz : les produits de combustion de la chaudière ou du chauffe-eau à gaz sont évacués en même temps que l’air vicié.

Côté VMC double flux : ce système est ajouté et remplace les entrées d’air. Chaque pièce de vie est équipée de bouche d’insufflation. L’avantage de la ventilation mécanique contrôlée double flux c’est qu’elle préchauffe l’air entrant et limite la réduction de chaleur. Le confort dans la maison est également amélioré. La VMC double flux est capable de brasser l’air qui se trouve à l’intérieur de l’habitation. Donc, elle réutilise les calories présentes dans l’air extrait pour en faire profiter les personnes. En outre, elle est équipée de filtres qui protègent l’échangeur thermique contre le risque d’encrassement et améliorent également la qualité de l’air intérieur en freinant l’arrivée de poussières ou de pollens.

4. Les débits réglementaires de la ventilation mécanique contrôlée

Débits d’extraction minimaux
Du 24 mars 1982, la loi fixe dans son article 3 les débits d’extraction minimaux mètre cube par heure pour chacune des pièces. Quel que soit le type de ventilation en fonction du nombre de pièces de la demeure.
Débits réduits
Dans l’article 4, qui est modifié le 28 octobre 1983, il est indiqué que quand l’aération est assurée par un dispositif mécanique modulé automatiquement le renouvellement d’air du logement, les taux de pollution de l’air intérieur ne constituent aucun danger pour la santé et puissent être évités les condensations, sauf de façon passagère.

5. Installation de la ventilation mécanique contrôlée

Pour installer une VMC qu’elle soit simple ou double flux, vous avez besoin des suivants outils :
? Mètre
? Crayon
? Tournevis
? Cutter
? Pince coupante
? Perceuse
? Scie cloche
? Détecteur de métaux
La démarche de l’installation quant à elle se déroule ainsi qu’il suit :
• Mise en place du caisson d’extraction dans la maison de sorte à ce qu’il soit au centre des bouches d’aération. Il doit se placer de préférence dans le comble de la maison, mais si ce n’est pas possible, vous pouvez le suspendre à la charpente ou le claustrer dans le placard. Il est aussi possible de le mettre au sol sur un tapis de mousse anti-vibration.
• Détermination de l’emplacement idéal pour les fourrures métalliques des plafonds en utilisant le détecteur de métal précité ci-dessus. une fois cette chose faite, vous pouvez commencer à percer les trous d’insertion des bouches de VMC.
• Premier essai pour voir si le système fonctionne comme convenu. Pour ce faire, vous devez fermer les portes de votre habitation de façon à ne pas laisser aucun air y pénétrer. Toutefois, il est impératif de laisser un vide d’environ 1,5 cm de hauteur en bas de chaque porte pour permettre la circulation de l’air.
• Installation des différentes bouches d’aération. Si vous disposez des grandes pièces, il vaut mieux opter pour de nombreuses bouches à débit d’air réduit à une seule à débit d’air important.
Cette opération, bien qu’elle paraît si facile à l’énoncé doit être confié à un professionnel. Cependant, vous pouvez envisager une installation au meilleur prix. Tout ce que vous devez faire c’est de contacter une entreprise qualifiée pour ce métier. Mais avant toute chose, tâchez de réaliser plusieurs chiffrages afin de mettre les entreprises en concurrence. Cela vous permet de faire baisser mécaniquement les prix. En général, toute entreprise dispose d’une application de devis en ligne sur son site web. C’est d’autant plus rapide, gratuit et sans engagement. Mais pour faire simple, vous pouvez aussi recourir à un site web comparateur spécialisé en VMC.
Pour avoir un devis précis, décrivez bien les travaux à réaliser. Cela inclus la surface concernée, les fournitures et pose ou pose seule, le rassemblement ou séparation des salles d’eaux, etc.

6. Focus sur les techniques d’entretien de la VMC

Au fil du temps, votre VMC va perdre sa performance, mais si vous êtes agile dans les travaux d’entretien, sa longévité sera d’autant plus optimisée. En plus, l’acte de nettoyage est opportun pour le maintien de l’état de santé des occupés et de l’habitat lui-même.
Le moment propice pour faire le grand nettoyage de VMC c’est à la fin de l’hiver. Les bons gestes à entreprendre sont :
• La désinstallation des bouches d’aération, pour ensuite les tremper dans l’eau chaude diluée dans un produit dégraissant.
• Élimination des poussières dans les entrées d’air par le moyen d’un aspirateur ou un chiffon mouillé.
• Nettoyage du ventilateur et des filtres en utilisant une fois de plus un produit dégraissant.
• Remplacement des filtres s’ils atteignent son terme d’usure
• Dépoussiérage de l’intérieur des gaines de la VMC ainsi que les tuyaux raccordant les bouches d’aération au moteur.
• Remise en place des bouches d’aération ainsi que tous les autres matériels.
Par mesure de sécurité, il est impératif de débrancher l’installation électrique qui alimente votre appareil avant d’entamer ces travaux.
Aussi, faites bien attention à ne pas mouiller les capteurs d’humidité au risque de les endommager.
Toutefois, le nettoyage est une tâche à ne pas prendre à la légère. Il faut le confier à un expert en la matière tout comme l’installation et le choix du dispositif.

7. Un professionnel de la ventilation à votre service

En quête d’un intervenant qualifié pour vos travaux d’installation, de nettoyage ou encore d’achat de matériels liés à la VMC, voici les critères à prendre en considération :
• La nature des travaux
Cela inclus le paramètre de la difficulté du travail, la technique à avancer selon la configuration de votre logement, la surface à ventiler ainsi que le budget à investir. Mieux sera le professionnel le plus flexible à vos exigences.
• La proximité
Un intervenant tout près de chez vous est préférable à tout autre qui se situe à plusieurs heures de route. Ainsi, vous pouvez jouir d’une intervention rapide et dans l’immédiat en cas d’urgence, sans parler d’une assistance en permanence.
• L’expertise
C’est le plus important des paramètres, vous ne devez en aucun cas le négliger. Même si le professionnel remplit les conditions ci-dessus, son expertise doit être prise en considérable avant de lui confier quoi que ce soit. On reconnait l’expertise d’un artisan par ses achèvements antérieurs et ses formations par le passé.
L’entreprise vmc-paris.com figure parmi les entreprises de référence en matière de VMC. Elle effectue tous travaux liés à cet appareil. Que vous ayez besoin d’un produit ou service relatif à la VMC, fait appel à son équipe.